Editions Traditionnelles

 

GILIS Charles – André 

Les sept étendards du Califat 

ISBN    N° 2-7138-0141-9,  320 pages,     24,20€

La doctrine des sept étendards se rapporte exclusivement au califat ésotérique. Le présent ouvrage complète et achève les études précédentes de l’auteur, et peut même en être considéré comme la clef de voûte. L’intention et le souci de Charles André Gilis depuis sa participation active à la rédaction de la Revue Etudes Traditionnelles de 1974 à 1976 ont constamment été de montrer : d’une part, comment l’œuvre de René Guénon peut être comprise selon l’enseignement issu de la révélation islamique, et comment inversement, pour des raisons expliquées dans «  René Guénon et l’avènement du 3ème sceau », elle éclaircit certains aspects essentiels du Tasawwuf qui étaient demeurés voilés jusqu’alors ; et d’autre part, la place et la fonction de l’Islam dans l’univers traditionnel au sein duquel il a pris naissance. 

La doctrine du Califat ésotérique, permet d’intégrer la notion « guénonienne » du « roi du monde » à la conception islamique de « l’homme universel ». C’est à la réalisation parfaite de celui-ci que se rapporte la  « métaphysique du Califat » et c’est l’objet de la première partie de l’ouvrage. Les deux suivantes traitent de sa manifestation extérieure et représentent les deux dimensions fondamentales selon lesquelles, conformément à l’enseignement initiatique de toutes les traditions, s’opère sa réalisation. 

Dans la seconde partie, l’auteur consacre plusieurs chapitres à décrire avec la précision qui lui est coutumière, la notion de « Califat axial ». Elle présente un intérêt particulier car elle montre comment l’Islam envisage la diversité des formes traditionnelles issues de la Tradition primordiale. 

La dernière partie - Le cycle du Califat – nous montre différents aspects du Califat spirituel muhammadien auquel est rattachée la doctrine des sept étendards dans un enseignement inédit ayant pour unique source les écrits du Cheikh Al-Akbar. 

L’auteur qui se réfère chaque fois qu’il le peut à ses Maîtres René Guénon et Michel Vâlsan, s’appuie également volontiers sur les textes d’Ibn’Arabî. Dans le cas présent, ils sont répartis sur l’ensemble du livre, placés naturellement en fonction du sujet. 

 

& retour au catalogue